Catherine Mithouard          

Aquarelles

                 
Je voudrais être un géant, prendre à bras-le-corps, les pigments, la couleur, l’eau, et, avec l’énergie d’un magicien éclabousser le papier.
L’aquarelle est mouvement .
Il faut prendre sa respiration pour que débute la bataille avec les éléments .
Les pigments se refusent, se cabrent. Je regarde, patience calme de chat.
Les matières se domptent, un visage, une transparence surgissent sur une première feuille, puis deux .
Je cherche, je questionne, je trouve une réponse étonnante qui démange, gratouille. 
Recommencer ?
Rester humble.
Quelques feuilles plus tard ayant mis mes bottes de sept lieues, j’ai semé d’infinis petits cailloux colorés.
Souffle, énergie, apaisement me font peintre, sculpteur d’eau, chanteur de papier.